La France exporte le bioclimatique en Chine

architecture-de-demain

Sollicité par le département du développement durable affilié à l’Ambassade de France à Pékin, Renaud Barrès du CAUE a tenu plusieurs conférences à dans la capitale Chinoise et à Wuhan dans le but de faire connaître l’architecture bioclimatique. Il partage ainsi le professionnalisme français en matière d’architecture durable et d’urbanisme.

Lors de la conférence se portant sur ‘Le Corbusier’ à Toulouse, le directeur du CAUE du département de l’Aude, Renaud Barrès, a fait part de l’objet de sa visite en Chine de février dernier. Il y a tenu une conférence en vue d’expliquer le savoir-faire français dans le domaine de l’architecture durable et l’urbanisme. Le but de l’ambassade de France a également été de faire savoir les équipements en France qui permettent de concrétiser ces derniers.

Selon Barrès, la fédération l’a sollicité, car il figure parmi les premiers CAUE qui maîtrise le bioclimatique. Il ajoute qu’il fait partie des 16 premiers CAUE dans l’hexagone à posséder un espace ‘Info Énergie’. Même si l’avenir des CAUE reste incertain, l’ambassade de France a jugé que c’est nécessaire de faire découvrir un ‘outil’ permettant de lier le décideur et l’habitant, explique-t-il.

Un projet répondant aux attentes de la Chine

Pour appuyer ses dires, Renaud Barrès a présenté plusieurs exemples d’infrastructures publiques bioclimatiques comme le bâtiment de l’Architecture et l’Environnement implanté à Carcassonne. Sa visite en Chine figure dans un programme de partenariat à l’initiative du gouvernement français qui a établi des échanges de techniques d’urbanisme à Wuhan. Actuellement, l’étude d’écoquartier dirigée par l’ancienne ministre Martine Aubry est en phase de diagnostic. Ce projet correspond à la politique du gouvernement en vue d’élaborer des pôles d’équilibres dans d’autres villes que Pékin et Shanghai.

Après avoir tenu de nombreuses conférences à Wuhan, Renaud Barrès s’est aussi rendu à Pékin. Il y a été convié par l’Institut français et s’est entretenu avec les départements de planification et d’urbanisme de la ville au BIAD. Il affirme avoir reçu une forte audition de la part des professionnels, des étudiants, de la presse et des élus. Le bioclimatique n’est pas encore bien développé dans ce pays, mais il semble intéresser toute la population, martèle-t-il.